AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUS RECHERCHONS DES PERSONNES INTERESSÉS PAR LE POST D'ADMIN, CONTACTEZ NOUS PAR MP!!

Partagez | 
 

 CONTROL.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nanna Koskinen

avatar

ÂGE : vingt-trois ans.
CRÉDITS : nicoteen.
AVATAR : monster.
BLAZE : soft parade.
VAGUES RIDÉES : 24


MessageSujet: CONTROL.   Sam 10 Mar - 19:41

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Art. 1 – Les escaliers sont terribles. Cauchemardesques. Ne jamais les approcher.

C’est dans un courage, digne des plus grands soldats, qu’elle grimpe la dernière marche, ses deux pieds l’un à côté de l’autre tremblent, l’arrière de ses chaussures traîne dans le vide, elle ne tombera pas. C’est tout un art d’être ivre morte. Il suffit de basculer le buste vers l’avant, d’agripper la rambarde de l’escalier, et stabiliser ce corps qui semble perdre le contrôle. Rien à foutre que sa jupe soit trop courte, que ses talons soient trop hauts, que ses cheveux l’empêchent d’y voir clair – même si, assurément, Nanna n’y verrait pas clair. Elle maîtrisait la situation. C’était parfait, idéal. Les escaliers ne l’inquiétaient plus – même pas peur. Jusqu’à l’interruption fatale. Que dis-je, le Boum catastrophique, l’Horreur, la Fin. Jusqu’à ce terrible moment, où, avec les meilleures intentions du Monde, Vaughn la poussa brusquement. Mauvaise idée, très mauvaise idée. Nanna s’écroule sur le plancher, dans un cri tel, que l’Univers semble s’écrouler avec elle. Et pourtant, Dun le Brave, il souhaitait simplement lui venir en aide. Tout faux.
Nanna pense que Dun le Brave ferait mieux de repartir sur son, tout aussi brave et bourré, destrier.
Mais Nanna rit quand même. Parce qu’il ne faut pas pleurer pour si peu. Sauf que Nanna, elle fait chier et que le voisin, à quatre heures du matin, lui, il se marre beaucoup moins. On l’emmerde. Certes. Il est toutefois préférable de fuir. Toujours à terre, elle relève la tête, rouvre ses grands yeux, observe le couloir dans un flou intégral, fait chier, il faut encore marcher. La déception. Comme si la porte de leur appartement allait miraculeusement s'approcher d'eux, juste parce qu’ils sont trop défoncés pour aligner un pas devant l'autre. Impossible, c’est évident. Dieu n'existe pas. Ou si, mais alors Dieu s'en branle ; ce qui revient quasiment au même. Dieu de merde. Ta gueule, Nanna, ta gueule. Pas de blasphème, pas maintenant. T’as vu ça, putain, t’as vu ? Ouais, il a vu – probablement, peut-être. Pas le temps d'y penser, elle d'autres chats à écorcher. Elle tourne son visage, s'apprête à balancer un énième juron, bouche entre-ouverte, tignasse en vrac, air ô combien débile. Et merde, Dun a disparu. Qu’est-ce… Qu’est-ce qu’il se passe, bordel ? Bon, concentration maximale.
1. Se lever. C'est pas gagné.
2. Retrouver Vaughn, il s'est évaporé, un Casper.
3. Revenir au point numéro un : se lever, et c'est toujours pas gagné.
Sourcils froncés, lèvres pincées, Nanna tente de revenir sur Terre. Nanna tente de faire revenir la Terre à elle. Elle se redresse, debout, une main appuyée contre le mur, elle défie la gravité avec ses chaussure. Grille une Gitane et se déplace. Tranquillement. Doucement. Prudemment. L'impression d'être dans un film d'horreur. La jeune-fille qui titube dans le couloir de la Mort, son pote vient de littéralement se volatiliser, elle, toujours à l'affût du moindre bruit, de la moindre ombre, les yeux qui chantent la peur et le sourire figé, elle espère vainement survivre. Sauf que nous, on le sait, que dans ce putain de film, elle va s'faire sauvagement poignarder par le Joker. Et Nanna pense le savoir. Mais y'a pas de monstre, ici. L'alcool ne rend pas paranoïaque. L'alcool amplifie juste la paranoïa lorsqu'elle est déjà bien ancrée. Ouais, c'est terrible, Nanna, elle en aurait presque des sueurs froides.

Elle ferme la porte, se stoppe, son sac dégringole contre ses jambes : bug. Regard écarquillé, comme deux boules de billard, choquée. Merde, qu'est-ce qu'il vient d'se produire. Phénomène surnaturel, elle voit pas d'autre solution. Bah, qu'est-ce que tu fous là ? Nanna a loupé un épisode. T'étais pas là... Puis t'es là. Ce n'est rien, ce n'est rien. Passons. Oublions ce qui vient de se passer. Cul rapidement posé sur le canapé, à côté de Dun, elle écrase sa clope dans le cendrier, lance un regard méfiant au clebs. Rassure-moi, tu vas pas te coucher là, hein. Rires. Sérieux, dis-lui de pas m'fixer comme ça, ou j'le balance par la fenêtre ce putain de chien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

CONTROL.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Les logiciels pour BB
» Militaires démobilisés prennent le contrôle de l’ex-QG de l’armée au Cap-Haïtien
» Garadvishu, l'épée maudite [LIBRE]
» Prise en main de sa destinée!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CALIFORNIA LOVE :: 
SOMEWHERE OVER THE RAINBOW
 :: rps en hiatus
-