AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
NOUS RECHERCHONS DES PERSONNES INTERESSÉS PAR LE POST D'ADMIN, CONTACTEZ NOUS PAR MP!!

Partagez | 
 

 selah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Walli M'bow

avatar

ÂGE : vingt-quatre ans.
QUARTIER HABITÉ : east compton.

CRÉDITS : paradise poltergeist.
AVATAR : jay.
BLAZE : soft parade.
VAGUES RIDÉES : 14


MessageSujet: selah.   Sam 17 Mar - 21:32

– Why didn’t you call the police ?
– Well you know, I prayed for them to come but nobody answered.


Andaman


nom complet; Walli Zavie M'bow. date et lieu de naissance; 11 février 1988, à Trenchtown, Kingston (Jamaïque). origines; Jamaïcaines. métier; Ouvrier, usine. appartenance à un gang; Walli était un Yardie, ancien membre des Shower Posse(1), depuis ses dix-sept ans. D'ailleurs, il porte un tatouage, fait jadis en l'honneur du gang : kill mi dead (je te le jure) sur l'avant bras droit. Le 17 mai 2010, il participa aux émeutes de Kingston, son frère y fut tué ; un déclic révélateur. Walli profita de l’arrestation de son leader pour s’enfuir de la Jamaïque, en juin 2010. Il quitta ses dreadlocks, baisa ses valeurs et balança son honneur aux oubliettes. Walli risque l’exécution s’il retourne en Jamaïque, s’il est reconnu. Il n’est pas jugé bon de quitter les Shower Posse – tu vis et tu meurs pour eux, l’abandon est suicidaire. À présent, la moindre histoire de gang, lui file la gerbe. statut social; Solitaire.

(1) Execution-style slaying, most vicious, organized, several thousand members, fake names, code of silence. License to kill.
Shower Posse, gang Jamaïcain, a été fondé dans les années 1970, à Tivoli Gardens, quartier situé au sud de Kingston (Jamaïque), pour soutenir le parti travailliste de Jamaïque, avec lequel il entretient des liens étroits. Le gang est sous influence politique, jouissant ainsi d’une grande impunité. Son nom ferait référence aux pluies de balles avec laquelle ils arroseraient leurs adversaires ; mais différentes explications demeurent sur son origine. Shower Posse est un poids lourd du crime organisé, avec une hiérarchie efficace, rappelant l’armée – titre de soldat, lieutenant, par exemple. Mondialement étendu, le QG de la Shower Posse est maintenant basé dans le quartier de Brixton (sud de Londres), mais il exerce ses activités principalement à New York, dans le New Jersey et en Pennsylvanie – forte présence au Canada, également. Shower Posse est concentré dans plusieurs activités criminelles, spécialisés dans le trafic de drogue (principalement la cocaïne et le crack) et la contrebande d’armes. En Jamaïque, le gang est caractérisé par une violence extrême, les Shower Posse sont un fléau rouge, la pitié n’existe pas, le sang signe leur passage – ce qui instaura leur domination. Pour rejoindre le gang et devenir un dit « Yardie », il est nécessaire d'avoir prouvé sa violence et son courage. Plusieurs Yardies ont gagné leurs galons en assassinant sauvagement des membres de gangs rivaux ou en cambriolant des cracks house. L'extrême pauvreté du pays et de sa population fait que les Yardies, lorsque leurs affaires prospèrent et qu'ils parviennent à gagner des sommes importantes, préfèrent les dépenser immédiatement. Ils n’ont aucune notion de d’accumulation de capital et de projet d'enrichissement à long terme. Ils vivent au jour le jour, sachant que leur espérance de vie est courte (trente ans environ pour un Yardie), donc ils assèchent rapidement leur fortune. Michael Christopher Coke (dit « Dudus »), baron de la drogue, est le chef actuel du Gang. Dudus est massivement soutenu par la population pauvre de la Jamaïque, ayant payé nombreuses infrastructures, telles que des écoles dans les quartiers les plus défavorisés de la capitale. Le 17 mai 2010, un mandat d'arrêt a été délivré contre Coke (afin de le capturer et le transférer aux autorités américaines), engendrant des émeutes à Kingston, plus particulièrement dans les jardins de Tivoli, où elles firent nombreux morts. Christopher Coke est finalement arrêté le 22 juin 2010, reconnu par des policiers à un barrage routier sur l'avenue Mandela vers l'ambassade des États-Unis – la barbarie qu’il employa pour faire tuer ses leaders rivaux, à l’intérieur et l’extérieur de l’Amérique, fut ce qui attisa l’attention du FBI à son sujet.
Depuis et d’évidence, le gang sévirait toujours.

Spoiler:
 


Dernière édition par Walli M'bow le Dim 18 Mar - 0:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walli M'bow

avatar

ÂGE : vingt-quatre ans.
QUARTIER HABITÉ : east compton.

CRÉDITS : paradise poltergeist.
AVATAR : jay.
BLAZE : soft parade.
VAGUES RIDÉES : 14


MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 21:32



Écoute bien mon gars, je sais d'où tu viens, et je sais quel sort t'attend si jamais on prévient tes petits copains que tu te caches chez nous, et crois-moi, les bloods et les posse s'aiment bien, limite ils s'entendent, tu sais. alors t'as qu'un seul choix dans l'histoire: viens avec nous. on a besoin d'un gars comme toi chez les bloods.

Son cœur se serre, Walli ferme les paupières, Walli s’effondre dans le noir, juste un instant. Juste le temps d’entrevoir sa tristesse. Il s’acharne sur son joint, crache la fumée vers le sol, contre ce goudron qui accable Mère Nature. Wach-ya, regarde ça, yowzah, la réalité fixe ton passé. La réalité est haute, large, black, tatouée par le sang, écorchée par l'horreur. La réalité est armée. La réalité est Babylon. L'impassibilité absolue, Walli rappelle ces gens déchirés par la guerre, ceux qui ne souriront plus jamais, ceux qui n'aimeront plus jamais sans souffrir. La moindre œillade est blessante, le moindre rire est teinté de gris. Tout est poussière, et même le Soleil semble froid. La Vie ne se dessine plus que dans leurs cauchemars et la Mort devient le jour. Walli est hanté, son existence se complet dans les souvenirs, qu'ils soient heureux ou malheureux, violents ou délicats, il n’aperçoit pas l'avenir, le présent est figé dans l'espace. Il reste stoïque. Comme il n'accorde aucun rictus au type devant lui. Walli écoute, sagement, poliment. Il n'abaissera pas le regard, sa fierté ne fera aucune révérence pour un inconnu. Il plisse légèrement les yeux en inspirant le smog grisâtre. Di latest.(1) Son frère aîné ne souhaiterait pas ça, sa respiration se coupe en y songeant. La violence ne doit pas renaître, le Beretta dans son froc le prouve. Le flingue de la tombe – il repose près de son âme, uniquement pour ne pas oublier, ne pas oublier ce qu'il était, la punition par(e-)balles. L'utiliser serait rompre le pacte, assouvir cette tentation qui ne doit pas l'être. Walli se fait du mal, marche au bord du vide, mais ce n'est que le prix à payer pour sa rédemption. Sauf que ça ne fonctionne pas ainsi, Walli, tu le sais pourtant. Et sous son masque, il pleure, les pupilles tremblantes et l'esprit imbibé, il a peur. Les Autres ne connaissent pas ce Walli-là. Les Autres se contenteront d'un ça ne m'intéresse pas. Il faut être complètement con ou ignorant pour croire qu'il aura enfin la paix, qu'ils le lâcheront, juste avec quelques mots. Ce n'est pas la fin, ça commence, et Walli le devine facilement. Suffit d'envisager les différentes possibilités, Andaman est considéré comme bag-o-wire(2) dans son pays, pourquoi ne le serait-il ici ? Pourquoi n'irait-il pas rejoindre les Crips ? Pourquoi ne ferait-il pas un gros coup de pute ? La trahison chronique, le mec ne peux pas lui faire confiance, le mec ne peut que se méfier. Le mec sait de quoi Walli est capable, puisqu'il est du même élément. La race du bitume, qu'importe les origines, c'est tous des Yardies dans le fond. Mon frère. Walli affiche un large sourire, sourire qui en dit si long qu'il frise l'arrogance. Kill mi dead, les Posse se feront une joie d'accueillir tes informations. Back-an-belly.(3) Walli ne veut pas d'emmerdes, Walli veut juste bosser, rentrer à son appart, embrasser le front d'une femme, écouter Peter Tosh, et fumer sa ganja en se remémorant ses racines, puis dormir, puis se réveiller, puis recommencer, encore et encore. Mais Walli ne peut pas. Walli le sait. Et ce soir, Walli, loin des Autres, lâchera une larme en l'honneur d'un idéal atrophié.

(1) la dernière nouveauté, rumeur du jour.
(2) traitre.
(3) hypocrite.


A veces siento que es duro si un amigo se va
y su alma camina hacia la eternidad
el se fue y ya no vendra,
y parasiempre se fue ya
y su recuerdo se quedara
pero ya que descanse en paz

que vayas con dios
amigo del alma
me despido y jamas me voy a olvidar de nuestra linda amistad-hey-

CADA NOCHE CUANDO
ME VOY A DORMIR LE PIDO AL SEÑOR
QUE CUIDE MI Y SI ME MUERO
ANTES DE QUE VUELVA A AMANECER...
LE PIDO AL SEÑOR QUE ME LLEVE CON EL...
(la radio s'éteint)


Les chants grimpaient, là-haut, où l’infinité se dessinait, la peau des tambours africains faisait trembler la Terre, le ciel dansait avec nous. Nous dansions avec la nature. Nous étions invincibles, le fantôme de nos ancêtres souriait, frappait dans ses mains avant d’embrasser nos joues. Nous étions libres. L’horreur qui sévissait autour n’était qu’un cauchemar. La misère n’était plus qu’un murmure, susurré à nos oreilles lorsque nos corps s’évanouissaient près de la Lune. Et les flammes de nos âmes grimpaient, là-haut, illuminaient les ténèbres, entretenaient une éternelle lumière. Ce feu qui, à chaque instant, nous accompagnait, main dans la main, nous rappelait que la vie n'était que la vie, qu'elle pouvait être aussi belle que Zion. Il créait l’espoir. L’espoir qui chantait le rire de nos sœurs, le cœur de nos frères, l’amour de nos mères et le courage de nos pères.
Selah.
La Nuit était si douce, je pardonne au Jour de n'avoir été que douleur.


17 mai 2010.
La rue s'enflamme. Walli recharge son arme. Nyabinghi.(1) Les hurlements se frappent les uns contre les autres, les cœurs en ébullition. Le cri des femmes, la rage des hommes, la tristesse du peuple, et les pleurs de cet enfant en proie au désastre ne sont que silence au cœur du vacarme. Walli n’entend rien, il est devenu sourd devant la violence. Sa fidélité l'attire dans les filets du Diable, le pousse à traverser le trottoir, bousculer ces gens devenus démons. Il tire sur le flic à gauche. Il tire sur le métisse à droite. Dans une émeute, il ne faut pas chercher à comprendre. C'est au quitte ou double – une question de chance. Walli pourrait se faire tuer par une balle perdue, par une balle qui lui était destinée. Walli pourrait crever, là, maintenant. Il pourrait s'éteindre sans n'avoir mutilé une seule vie. Comme il pourrait abattre une dizaine de mecs sans être touché. Dans une émeute, les Anges portent un HK G3 sous leurs ailes.

La danse s'arrête, emporte avec elle le souvenir diffus d'un espoir qui promettait l'éternité. Là-haut, la Lune se meurt. Les chants, les flammes et son âme s'éloignent. Il pleure.
A veces siento que es duro si un amigo se va.

Ses pupilles découpent le paysage, il observe l'agitation ambiante. De sa fenêtre, le Monde semble tellement plus calme. Les paroles résonnent doucement derrière, infiltrent son sang de nostalgie. Walli sourit. Un sourire qui sanglote. La fumée se bloque dans le présent, son joint se flingue en solitaire. Mais Walli n'est plus parmi nous. Il est loin, déjà. Il est dans le passé. Les images semblent si réelles, sous ses yeux, Compton se transforme en souvenir. Revêt un tout autre paysage, de toutes autres couleurs. Walli n'est pas triste, il n'est pas heureux non plus. Il se perd, simplement, s'égare là où l'univers rêve. Il voit les yeux brillants de ses sœurs lorsqu'elles revenaient de l'école, son père qui embrasse le front de sa mère, ses frères qui traînent devant chez eux, chantent quelques paroles du dernier morceau de reggae. Il voit le meurtre, la Terre qui réclame Tiyone. Il voit les larmes, les cris de désespoir. Et malgré la blessure qui s'en dégage, il retient l'amour qui enlaçait sa famille. Walli bouge légèrement la tête au rythme des tambours de l'espoir.
Selah.
Et disparaît au creux des pénombres.

(1) Peut se traduire par : Mort à l'oppresseur blanc et à ses alliés noirs.


Il l'a tué mec. il l'a buté en souriant, awn yah, il a buté mon mec, ce connard de crips, il a buté mon mec en souriant, yowzah, tu comprends ça toi, comment on peut buter un mec en souriant? fiil a wie, yowzah, fiil a wie... ease-mi-up...

Faya a fe bun dem(1), kill mi dead. Ses grands yeux bruns se lèvent, Walli détourne les siens. Il embrasse son front, dépose un baiser dit prière, inspire si fort qu'il semble respirer le mal qu'entoure Jada, et ferme les paupières. Stick by me(2), please. Fiil a wie, ease-mi-up. Dame Nature fait gronder son ventre sous ses enfants qui renient son nom. Ses enfants qui se sont égarés, empruntant les chemins de Babylon, frappant le corps de leur sainte Mère. Ses enfants qui tuent leur propre frère en riant. Le respect de ce qui fut jadis sacré se noie dans la peur des hommes, se noie dans leur haine et leurs visages peint d'angoisse. Jada et Walli entendirent la Nature pleurer lorsqu’elle reprit son enfant, la Terre fut ton éveil, la Terre sera ton sommeil. Notre tristesse deviendra joie lorsque nous découvrirons ton sourire, entendrons ta voix sous nos pieds. Notre tristesse deviendra joie, puisque nous serons que tu demeures dans ses Bras. Mais la Terre ne se voit pas ici, mais la Terre souffre ici. Il n'y a ni sourire, ni voix, la prison grise écrase les mélodies d'autrefois, sous le regard de Babylon, la prison grise réussit à enchaîner ce qui ne pouvait l'être. Awn yah, que nos frères et sœurs dansent, chantent leurs âmes, qu'ils apaisent la tristesse d'une femme, qu'ils retrouvent l'honneur d'un homme. Que les tambours vibrent. Que la Lune sourit. Awn yah, faites qu'ils assèchent leurs larmes. Apportez la Terre qui fut la leur. Ayez pitié, chers ancêtres, leurs cœurs sont noirs puisque les vôtres sont loin.
Jada et Walli respirent le même air sacré, leurs aïeux foulaient la même terre. Ces déserteurs subissent la réalité, avec douceur et malheur, le temps s'arrête pour partager cette douleur. Jada souhaite qu'il ne renaisse plus jamais, ce temps qui assaillit son unique amour. Walli, lui, il serre le petit corps sanglotant de Jada, pose le menton contre le haut de son crane, la sentir mourir dans ses bras le terrifie. By the rivers of Babylon, there we sat down ye-eah we wept, when we remembered Zion.(3) Sa voix tremblante fredonne les paroles d'un passé gris, d'un présent rouge. L'Univers bouge autour, s'anime, et Jada s'agrippe à Walli, comme s'il n'y avait plus de lendemain. Jada pleure la paix, pleure la mort, pleure la vie. Pleure son mari. Jada aimerait juste s'endormir et ne plus jamais se réveiller. Aimerait ressentir la douceur de la nuit et partir dans le murmure d'un rêve. Rejoindre la Terre. Walli se contente de mêler sa chaleur au froid de Jada.
Comment on peut buter un mec en souriant ? Ses doigts compressent le bout de tissu coloré qu'elle porte en y repensant. Comment. Les émotions se confondent, il se demande si répandre le bien ne résumerait pas qu'à répandre le sang d'un assassin. Walli suppose qu'il ne faut pas être humain ; Walli se dit que si certains hommes se comportent bestialement, il mérite le sort de la jungle. Il n'a jamais ri devant la mort, ne lui a même jamais accordé sa satisfaction. Walli suppose que ces gens-là descendent d'une ethnie infâme.
Pour le bien de Jada. Pour la mémoire de son frère. Pour tout ce qui fut beau dans leur histoire. Il ne doit pas y songer. Et pourtant, dans l'ombre, la colère caresse sa plaie, du bout de son couteau de fer, elle imagine un bouquet de nerfs. Walli a le regard morne et le corps meurtri.
Mais les voix s'élèvent autour d'eux, hail Jah, l'espace d'une seconde, elles brisent les chaînes de Mère Nature. Hail Jah, Hail.
Jada soulève son visage et observe. Les yeux se croisent, les yeux parlent.
Le silence répond : tank yu hear sa.

(1) Expression courante, signifiant qu’ils payeront le prix de leurs actes. Se traduit par : le feu va les brûler.
(2) Reste avec moi, reste à mes côtés.
(3) « Sur les bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Zion. » À l'origine une chanson populaire des communautés Rasta, les paroles sont basées sur les idéaux bibliques des rastafari.



Dernière édition par Walli M'bow le Jeu 22 Mar - 0:48, édité 79 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marsh Wallach

avatar

. :
Mā šāʾ Allāh

CRÉDITS : triton doré.
BLAZE : tagueule.
VAGUES RIDÉES : 555


MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 21:37

ouais, donc je sens venir du lourd, lourd, lourd. le gang est particulièrement bien trouvé, l'histoire promet d'être sublime. j'me réserve la première question



(entre tes riens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 21:41

bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Tamera LaVaughn

avatar

. :

MAKE IT NASTY.

ÂGE : TWENTY-THREE YO.
QUARTIER HABITÉ : WEST COMPTON, COMPTON.

CRÉDITS : gloryBOX.
AVATAR : MEAGANsexualGOOD.
BLAZE : SASSYDOLL.
VAGUES RIDÉES : 141


MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 22:03

Wow, je vais souvent venir inspecter ta fiche toi. En effet, ça promet grave, rebienvenue! I love you


Dernière édition par Mercedes 'Precious' Delys le Sam 17 Mar - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oli Saari

avatar

VAGUES RIDÉES : 289


MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 22:10

j'allais déjà hurler parce que j'ai cru que ton avatar était féminin. mais non. je suis une foutue mauvaise langue.
alors rebienvenue I love you


التقويم الفلكي
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 23:16

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Sam 17 Mar - 23:55

Oh j'ai hâte de voir ça
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 10:08

I love you rebienvenue sur cl. j'adore ton pseudo. je m'attends encore à du très lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Marsh Wallach

avatar

. :
Mā šāʾ Allāh

CRÉDITS : triton doré.
BLAZE : tagueule.
VAGUES RIDÉES : 555


MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 10:45

Citation :
écoute bien mon gars, je sais d'où tu viens, et je sais quel sort t'attend si jamais on prévient tes petits copains que tu te caches chez nous, et crois-moi, les bloods et les posse s'aiment bien, limite ils s'entendent, tu sais. alors t'as qu'un seul choix dans l'histoire: viens avec nous. on a besoin d'un gars comme toi chez les bloods.



(entre tes riens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoa "Red" Wang

avatar

. :
If I had a dick, I would pull it out and piss on 'em. Let me shake it off.


ÂGE : 23 years.
QUARTIER HABITÉ : northern compton

CRÉDITS : Avatar: Sheeran. Et pour les gifs tumblr.
AVATAR : Liu Wen
BLAZE : La Crotte
VAGUES RIDÉES : 95


MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 10:55

Le personnage à l'air très, très, très bon
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 13:12

I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
W.-D. "Dweezy" Sullivan

avatar

. :



ÂGE : 15/05/1989 donc 23 ans
QUARTIER HABITÉ : East Compton

CRÉDITS : © Izzy & Tumblr
AVATAR : Christopher BREEZY Brown ♥
BLAZE : Babydoll
VAGUES RIDÉES : 147


MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 15:42

(Re)bienvenue sur CL :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 16:52

j'aime, j'aime, j'aime - personnage super intéressant (comme d'hab' quoi)
(re)bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Walli M'bow

avatar

ÂGE : vingt-quatre ans.
QUARTIER HABITÉ : east compton.

CRÉDITS : paradise poltergeist.
AVATAR : jay.
BLAZE : soft parade.
VAGUES RIDÉES : 14


MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 22:42

Merci beaucoup. I love you
Première question, done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marsh Wallach

avatar

. :
Mā šāʾ Allāh

CRÉDITS : triton doré.
BLAZE : tagueule.
VAGUES RIDÉES : 555


MessageSujet: Re: selah.   Dim 18 Mar - 22:51

elle me tue. elle me tue. j'peux même pas citer un passage tellement le tout m'a possédée pendant la lecture, du début à la fin. c'est de l'or pur.

Citation :
A veces siento que es duro si un amigo se va
y su alma camina hacia la eternidad
el se fue y ya no vendra,
y parasiempre se fue ya
y su recuerdo se quedara
pero ya que descanse en paz

que vayas con dios
amigo del alma
me despido y jamas me voy a olvidar de nuestra linda amistad-hey-

CADA NOCHE CUANDO
ME VOY A DORMIR LE PIDO AL SEÑOR
QUE CUIDE MI Y SI ME MUERO
ANTES DE QUE VUELVA A AMANECER...
LE PIDO AL SEÑOR QUE ME LLEVE CON EL...
(la radio s'éteint)



(entre tes riens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walli M'bow

avatar

ÂGE : vingt-quatre ans.
QUARTIER HABITÉ : east compton.

CRÉDITS : paradise poltergeist.
AVATAR : jay.
BLAZE : soft parade.
VAGUES RIDÉES : 14


MessageSujet: Re: selah.   Lun 19 Mar - 22:20

....
Deuxième question, done. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: selah.   Lun 19 Mar - 22:52

toi, toi... je t'aime

Citation :
il l'a tué mec. il l'a buté en souriant, awn yah, il a buté mon mec, ce connard de crips, il a buté mon mec en souriant, yowzah, tu comprends ça toi, comment on peut buter un mec en souriant? fiil a wie, yowzah, fiil a wie... ease-mi-up...
Revenir en haut Aller en bas
Marsh Wallach

avatar

. :
Mā šāʾ Allāh

CRÉDITS : triton doré.
BLAZE : tagueule.
VAGUES RIDÉES : 555


MessageSujet: Re: selah.   Jeu 22 Mar - 0:51

eh bien... si ça c'est pas du religieux. toujours en finesse, avec beaucoup de talent, de savoir-faire et de poésie comme tu sais si bien la manier, j'ai adoré du début à la fin, un personnage entier et forcément complexe avec qui jouer ne va pas être simple, mais sans aucun doute passionnant. impossible pour moi de citer chaque passage qui m'a donné le frisson, mais juste celui-ci, Walli suppose que ces gens-là descendent d'une ethnie infâme. j'aime beaucoup comment on effleure ici l'extrémisme, comme on pose un orteil sur les plates bandes du racisme, ça crée le doute et la dualité dans le caractère du personnage, c'est dur à concéder à son écriture, et je trouve ça particulièrement fort. autant te redire que je t'aime, va.



(entre tes riens)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: selah.   

Revenir en haut Aller en bas
 

selah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» This World - Selah Sue (Warren)
» PICTURES, SENSUAL, PINK ✗ le 20/06 vers 17h58
» you're the one that i want, 30.05 - 10:54
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CALIFORNIA LOVE :: 
I BET CALIFORNIA WISHING ON THESE STARS OF THE HEART
 :: on the road to los angeles :: nothing's gonna stop me now
-